Le livre numérique est dans l’impasse, faisons le choix de l’édition électronique ouverte !

Share

Ca y est, elle est là, enfin ! La voici qui arrive après avoir tant été annoncée : la révolution numérique du livre. Depuis plusieurs semaines, le monde de l’édition est agité d’une étrange fièvre technologique. Après être resté des années durant à l’écart du développement du web, les acteurs de la filière du livre semblent vouloir plonger tête baissée dans le grand bain électronique. Tandis que les rapports se multiplient, les éditeurs français focalisent leur attention sur une question importante mais plutôt étroite : le taux de TVA du livre électronique.

Les vrais enjeux sont cependant d’une toute autre ampleur et ils sont peu discutés : sur le segment de la distribution et de la vente de livresélectroniques, trois acteurs d’envergure internationale ont pris position et semblent bien décidés à verrouiller le marché dans une situation d’oligopole : il s’agit de Google, déjà présent avec le très contesté Google books et bientôt avec Google édition annoncé pour l’été, Amazon avec sa tablette de lecture Kindle, et enfin Apple avec son tout récent iPad. Les trois initiatives ne relèvent pas de la même logique. Elles ont pourtant des points communs et sont grosses de dangers : pour les lecteurs, pour les auteurs, et même pour les éditeurs…

Pour les auteurs d’abord, c’est un risque de censure : Apple semble bien décidé à exercer un droit de regard sur les contenus mis à disposition des utilisateurs de l’iPad via sa librairie électronique ibookStore. Sait-on par exemple que le dessinateur de presse Mark Fiore s’est vu refuser son application sur iPhone, pour “contenu pornographique, obscène ou diffamant”, alors qu’il ne s’agit que de caricature ? Devant le tollé, Steve Jobs a, depuis, fait marche arrière. Mais tout le monde n’a pas la notoriété d’un prix Pulitzer pour faire reculer la censure. Comment être certain qu’il ne demandera pas demain aux auteurs de se conformer à une charte de décence pour avoirl’espoir d’être présent sur ses tablettes de lecture ?

Lire la suite sur Le Monde…


Share

You may also like...