Science ouverte : M. Dacos détaille la stratégie pour entraîner tous les acteurs de l’ESR français (Newstank)

Share

Décembre 2018. Newstank publie en accès ouvert une interview sur la stratégie de science ouverte de l’enseignement supérieur et de la recherche français.

Newstank

Paris – Publié le mercredi 19 décembre 2018 à 10 h 52 – n° 135985« L’engagement de la Curif à mettre en œuvre d’ici mars 2020 une politique fortement incitative de publication en archive ouverte va loin : en plus de rendre obligatoire le dépôt des résultats des recherches issues des appels à projets internes des 18 établissements membres, il propose d’évaluer les structures de recherche, ainsi que les enseignants-chercheurs pour leurs recrutement, promotions et primes, sur la base des publications déposées dans leurs archives ouvertes. C’est une position forte que la ministre a tenu à saluer dans son discours lors des Journées nationales de la science ouverte », déclare Marin Dacos, conseiller pour la science ouverte auprès du DGRI, à News Tank le 17/12/2018.

Il s’exprime en marge de la première édition des Journées nationales pour la science ouverte, qui se sont tenues du 04 au 06/12/2018 à Paris. Cinq mois après l’annonce du Plan national pour la science ouverte en juillet, l’un des enjeux de ce colloque a notamment été de mobiliser les acteurs. « Nous avions besoin que la communauté soit regroupée afin de partager un état de l’art, et notamment avec les nouveaux venus. Bien que la science ouverte gagne du terrain, il ne faut pas en effet considérer que tout le monde a connaissance des débats et des avancées qui ont lieu depuis 15 ans ».

Le directeur de la plateforme OpenEdition revient par ailleurs sur les enjeux liés à l’ouverture des données, « un sujet moins mûr, plus complexe et plus cher » que pour les publications, et pour lequel une des trois journées a été consacrée à la Research data alliance, sorte « d’espace de travail collectif aux chercheurs et professionnels du secteur pour se retrouver autour d’une table et définir un même vocabulaire ». Un chantier « qui va durer des années » et pour lequel une coordination interministérielle est nécessaire.

Au sujet de l’obligation de publier en accès ouvert des articles et livres issus de recherches financées par appel d’offres sur fonds publics, la première mesure du Plan national, Marin Dacos rappelle qu’elle mesure ne concerne pas que l’ANR mais également les agences dépendant d’autres ministères, « un point qui était relativement passé sous les radars jusqu’à présent ». « Nous les avons déjà rencontrées et globalement leurs réflexions sont déjà très avancées et mûres », estime-t-il.

Enfin, concernant le Plan S, dont la principale mesure d’obligation de publication en open access est calquée sur celle du Plan national, Marin Dacos signale que « la France rendra publique très prochainement une position sur le plan S, avec l’idée de dire qu’il n’y a pas qu’une seule voie possible pour s’y conformer ».

Avancées de l’ouverture des publications et des données, leviers et évaluation du processus, points de vigilance… Marin Dacos détaille la stratégie française en matière de science ouverte,  ainsi que les chantiers en cours et priorités du moment, dans une interview exclusive.

Lire la suite…


Share

You may also like...